Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITES NATIONALES 


fontsizedown
fontsizeup

Extrait de l’interview donnée par JM Blanquer dans le JDD du 21 août

mardi 24 août 2021

Le protocole prévoit quatre niveaux d’alerte en fonction du contexte sanitaire et autant de scénarios. Lequel va s’appliquer à la rentrée ?

L’évolution de la situation sanitaire nous conduit à retenir le niveau 2, celui qui nous permet d’avoir la rentrée la plus normale possible, avec les élèves en classe, tout en préservant la santé de chacun. Ce protocole s’appuie sur des mesures sanitaires qui ont fait leurs preuves – comme les gestes barrière, le nettoyage des locaux, la stratégie "tester, alerter, protéger" – auxquelles s’ajoute désormais la vaccination dès l’âge de 12 ans. Nous ne disposions pas de cet atout lors de la précédente rentrée, qui s’était d’ailleurs bien passée. J’ai écouté les organisations syndicales cette semaine et nous continuons à dialoguer sur tous les enjeux de mise en œuvre. Par exemple, nous avons encore modifié le protocole samedi, pour interdire les sports de contact à l’intérieur au niveau 2.

Les parents devront-ils présenter leur passe pour accompagner une sortie scolaire ou participer à un conseil de classe ?

Quand ils accompagnent une sortie dans un lieu extérieur, les parents sont soumis aux mêmes règles que les enfants. S’il s’agit d’entrer dans un établissement scolaire, il n’y aura pas de passe, ni pour les élèves, ni pour les parents, ni pour les enseignants. L’école doit rester accessible à tous, c’est pourquoi il n’y aura pas de passe sanitaire. C’est notre philosophie depuis le début de la crise.

Envisagez-vous d’étendre le passe sanitaire aux professeurs, comme en Italie ?

Non, je le répète, ce ne serait ni légitime, ni souhaitable, ni utile  : l’immense majorité des enseignants est vaccinée ou prête à se faire vacciner. Nous sommes dans une logique de confiance et de responsabilité.

Face aux fausses informations, les enseignants ont-ils pour mission d’expliquer comment fonctionne le vaccin ?

Bien sûr. Dès la fin du XIXe siècle, l’école a permis de diffuser les messages de santé publique. Elle a joué un rôle décisif pour deux des trois grands facteurs qui ont amélioré l’espérance de vie au XXe siècle  : l’hygiène, la vaccination et les antibiotiques. La contestation de la vaccination est un phénomène à prendre au sérieux. Il suppose de respecter les convictions de chacun, mais aussi d’affirmer le rôle de l’école des Lumières, celle de la raison et de la preuve scientifique.

Pourquoi ne pas rendre obligatoire l’installation de capteurs de CO2 ?

Je veux les généraliser. Il y a un consensus scientifique pour en équiper les classes car cela permet de mesurer le besoin d’aération. Mais je veux le faire en partenariat avec les collectivités locales, dont c’est la compétence, plutôt que par la contrainte. Nous aiderons même celles qui auraient des difficultés pour aller vite dans cet investissement nécessaire et raisonnable. S’agissant des purificateurs d’air, les autorités sanitaires nous ont toujours demandé de faire preuve de discernement. Rien ne remplace le fait d’ouvrir les fenêtres. Ces purificateurs d’air peuvent être utiles surtout pour certaines salles impossibles à aérer suffisamment par les fenêtres.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |