Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITES NATIONALES 


fontsizedown
fontsizeup

Le Grenelle de la honte

jeudi 27 mai 2021

Pas mécontent d’avoir quitté ce Grenelle, le SNUipp (et sa fédération, la FSU), acte encore le peu de considération que peut avoir un ministre pour ses enseignant.es.

Déjà les premières remontées des ateliers laissaient un goût amer. En résumé :
- Une revalorisation liée au "mérite",
- Fin de l’avancement à l’ancienneté,
- L’évaluation des professeurs des écoles par les directeurs-trices,
- Cérémonie d’investiture dans le métier (une blague ?),
- La transformation des chefs d’établissement en véritables managers
- Etc...

Qu’en restera-t-il ? Certainement la philosophie libérale que porte Blanquer depuis de nombreuses années, soutenue par Emmanuel Macron.

Quant à la "revalorisation historique" mensongère promise, elle pourrait se solder par une prime mensuelle de 40 euros pour solde de tout compte, prime qui pourra être remise en cause l’an prochain...

Jean-Michel Blanquer abandonne l’idée d’une « loi de programmation » qui aurait garanti des augmentations salariales sur plus d’une décennie et revalorisé, à terme, l’ensemble de la profession.

Ce n’est pas d’un nouvel observatoire dont nous avons besoin mais d’engagements clairs !

Plusieurs sujets relatifs au métier viennent d’être renvoyés à des discussions, courant juin, avec les organisations syndicales. Quant on connait ce que signifie le mot "négociations" pour ce gouvernement, on a beaucoup de soucis à se faire.

La grève en septembre se pose déjà car quand on parle Grenelle, on pense à l’origine du terme qui remonte aux fameuses négociations de Grenelle, du nom de la rue du Ministère du Travail, qui débouchent sur un protocole d’accord censé mettre fin aux événements de mai 68. Pour mettre un terme aux manifestations qui ont émaillé tout le mois de mai 1968, une réunion a donc été organisée les 25 et 26 mai 1968 entre des représentants du gouvernement Pompidou, des syndicats et des organisations patronales. Les négociations se poursuivent jusqu’au 27 mai et aboutissent à des mesures fortes comme l’augmentation de 35% du Smig, de 10% environ pour les autres salaires, et la création de la section syndicale d’entreprise.

Alors le Grenelle de l’Education de Blanquer on pourrait l’appeler le Pipeau de l’Education. Ce terme serait plus adapté.

Lire ci-dessous le communiqué de la FSU :

PDF - 140.8 ko
grenelle_de_l_education_encore_des_mots
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |