Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARTE SCOLAIRE 


fontsizedown
fontsizeup

Compte-rendu du CTA du 10 avril : carte scolaire et infos carrières

vendredi 10 avril 2020

Crise sanitaire COVID-19 : santé, continuité pédagogique, stagiaires

La rectrice, suite à la déclaration liminaire de la FSU/CGT Educ’Action, est revenu sur plusieurs points :

Elle remercie les personnels soignants en première ligne, et juste derrière selon elle, il y a les personnels de l’éducation nationale, enseignants, encadrement et administratifs, qui ont basculé en quelques jours du présentiel au travail à distance, qu’elle reconnaît chronophage. La Rectrice s’associe aux remerciements des fédérations de parents d’élèves.

Elle a indiqué être attentive à la santé des personnels, physique et psychique. Elle a rappelé la mise en place d’une cellule d’écoute sociale et la réunion hebdomadaire du CHSCT académique.

Concernant la continuité pédagogique, elle a salué le travail accompli, a des remontées sur un essoufflement de tou-tes (élèves et enseignant-es) qu’elle comprend et s’est dit prudente sur le fait que l’apprentissage de nouvelles notions soit possible. Elle indique que le problème du décrochage est réel et qu’elle fait confiance à l’inventivité des enseignants pour garder le lien avec les élèves.

La FSU/CGT Educ’Action a interpellé une nouvelle fois la rectrice sur la question des stagiaires enseignant-es, qui subissent une pression très forte de l’INSPE tout en cumulant la charge du travail à distance et de l’éloignement des tuteurs-tutrices et toujours dans l’inconnu sur l’avenir concernant leur titularisation.

La rectrice indique qu’elle a eu une réunion avec l’INSPE et que la direction est consciente du malaise.

La rectrice a repris les mots de la FSU/CGT Educ’Action : la formation à distance ne peut pas être de l’évaluation à distance. Sur la titularisation, le SG a indiqué qu’ils attendaient des consignes nationales. Le ministère a déjà indiqué que la titularisation pourrait n’intervenir qu’au 31 décembre selon certains scénarios ministériels … ou par M. Cottron, directeur de l’INSPE de Poitiers dans le café pédagogique (lien vers l’article) ! Pour la FSU/CGT, c’est typiquement ce type d’annonce qui met en grande difficulté les stagiaires.

Pour la FSU/CGT Educ’Action, le 31 décembre semble irréaliste comme date pour plusieurs raisons :

  • une mise sous pression continue 6 mois de plus,
  • la problématique des stagiaires 1er degré à mi-temps classe jusqu’au 31 décembre rendrait les remplacements impossibles,
  • la charge de travail qui se cumulerait pour les formateurs-trices avec 2 promos ….

Le SG reconnaît la difficulté à prendre une décision qui soit la même pour tou-tes les stagiaires car les parcours sont différents, 1er et 2nd degré, les difficultés aussi … Il évoque l’urgence d’une décision de la DGRH car cela vient percuter la question de l’affectation des stagiaires et leur mobilité dans le cadre du mouvement.

La FSU/CGT demande équité et bienveillance pour ces personnels.

Préparation de la rentrée 1er degré : dotation supplémentaire de 52 postes

En créant 1 248 postes supplémentaires en plus des 440 initialement prévus, le ministère de l’Éducation nationale prend acte de l’insuffisance des moyens initialement donnés au premier degré pour préparer la rentrée 2020. Le SNUipp-FSU y a largement contribué en demandant l’annulation de la dette scolaire et en s’adressant aux élu-es et aux représentant-es des maires en particulier. Cela démontre qu’une ouverture des vannes budgétaires est donc bien possible. Pour la FSU/CGT Educ’Action, cet élan doit s’amplifier et s’inscrire dans une démarche d’amélioration durable pour le service public d’éducation.

Pour l’académie de Poitiers, cela se matérialise par un budget académique qui est abondé de 52 postes, soit en comptabilisant les 40 suppressions préalablement prévues (voir compte rendu du CTA du 29 janvier), une augmentation ministérielle de 12 postes pour préparer la rentrée 2020 par rapport à 2019.

La FSU/CGT Educ’Action note positivement ce nouveau calcul qui va éviter un certain nombre de fermetures de classes. En pleine crise sanitaire, ce coup de pouce budgétaire va faciliter la préparation de la prochaine rentrée scolaire, sans toutefois résoudre toutes les inégalités.

En effet, la crise sanitaire a mis en exergue les inégalités tant sociales que scolaires, et l’école a besoin de moyens indispensables, plus encore à l’issue du confinement : les RASED, les remplaçant-es, les postes spécialisés, les plus de maîtres que de classes doivent être aussi renforcés ; or cette dotation ne le permettra pas.

Au contraire, les premiers retours de carte scolaire montrent par exemple des projets de suppression en masse de dispositifs “Plus de Maîtres que de Classe” dans le 16 ou le 17.

Pour le SNUipp-FSU, ces suppressions de PDMQDC sont inacceptables et cela est une hérésie tant au niveau pédagogique qu’au regard de l’évolution de notre métier où le travail collectif est chaque jour plus indispensable.

Répartition des nouveaux 52 postes :

+ 10 en Charente, ce qui donnerait une dotation finale de +4.5 postes pour préparer la rentrée ;

+ 25 en Charente Maritime, ce qui donnerait une dotation finale de +28 postes pour préparer la rentrée ;

+ 1 en Deux Sèvres, ce qui donnerait une dotation finale de -18 postes pour préparer la rentrée ;

+ 16 dans la Vienne … ce qui donnerait une dotation finale de +16 postes pour préparer la rentrée.

La FSU/CGT Educ’Action a posé des questions sur les critères qui ont amené cette répartition, qui ne correspond à aucun de ceux choisis par l’administration lors du CTA de janvier, c’est à dire en fonction du P/E (nombre de professeur/élèves) ou en fonction du nombre de postes à créer (GS à 24 notamment).

L’administration a indiqué que cela avait été un arbitrage des IA en fonction du P/E et du nombre de fermetures annulées … La FSU/CGT Educ’Action a rappelé que le P/E n’était pas un critère suffisant car il peut être influencé par plusieurs variables comme la présence ou non de l’éducation prioritaire.

La FSU/CGT Educ’Action a dénoncé la dotation finale des Deux Sèvres qui reste largement négative ce qui est inacceptable. Pour rappel, selon les chiffres de l’académie, les Deux-Sèvres doivent créer 37 postes d’ici la rentrée 2021 pour arriver à avoir des GS, CP et CE1 dans la limite de 24 élèves/classe.

Vote : … pas de vote a indiqué la rectrice. Ces mesures sont liées aux ordonnances récentes ! Une information sera faite au CTM à venir comme elle est faite ici, pas davantage ! La démocratie n’est pas vraiment en marche de notre point de vue !

Informations diverses : rdv de carrière, mouvement

Rendez vous de carrière

60% des rendez-vous ne se sont pas réalisés … la réflexion est en cours avec arbitrage national sur la procédure à tenir pour permettre aux collègues de bénéficier des avancements en lien.

Avenir implantation des 2 postes CT sociaux : 1 poste redéployé vers Charente Maritime. Un arbitrage en cours avec un autre département pour le 2nd poste.

Mouvement et barème/voeux :

La FSU CGT éduc’action demande que des groupes de travail Barèmes/Vœux puissent de nouveau se réunir cette année, du fait du caractère très particulier de la situation sanitaire et sociale, et parce que de nombreux collègues ont des difficultés à faire remonter les confirmations de vœux et les pièces justificatives. Le SG se dit ouvert à l’étude de situations particulières eu égard à des difficultés personnelles, mais l’administration ne dérogera pas aux principes nationaux de l’organisation du mouvement de mobilité des personnels en dehors de tout lien administratifs avec les organisations syndicales.

Questions diverses de la FSU/CGT Educ’Action :

médecine de prévention, circulaire mouvement 1er degré

Médecine de prévention : qu’est-il envisagé pour répondre aux collègues dans leurs démarches de fin d’année avec la démission du dernier médecin de prévention de l’académie ??

Le SG a répondu que la démission n’était pas encore effective car il y a un préavis en cours…jusqu’à fin mai. Pour préparer cette fin de préavis, le SG précise que 2 offres d’emploi sont toujours en cours … mais il reconnaît que la période n’est pas propice pour recruter. De plus, il indique qu’il est envisagé de solliciter des services d’hôpitaux pour avoir des avis sur certaines situations… mais que la période n’est pas non plus actuellement propice pour effectuer ces échanges au regard des urgences actuelles.

Lignes De Gestion (LDG) Académiques et notes de services départementales : des notes de services départementales 1er degré diffèrent de ce qui a été notifié en LDG académiques (palier d’AGS dans le 17, absence de points pour enfants en situation de maladie grave dans le 86 …) , quelles sont les consignes données par le rectorat ?

Le SG rappelle que toutes les notes de services doivent respecter les LDG académiques. Il n’est pas au courant de difficultés sur le sujet et se renseigne auprès des IA.

Nous avons rappelé l’absence de réponse à la question posée au précédent CTA sur l’implantation à la rentrée de septembre des postes de conseillers techniques service social vacants et sur quelles missions particulières ?

Nous n’avons encore qu’une réponse partielle sur une implantation en Charente Maritime.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |