Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITES NATIONALES  / CORONAVIRUS 


fontsizedown
fontsizeup

Confinement, continuité : les consignes du SNUipp-FSU

mercredi 25 mars 2020

Protégez-vous, protégez les autres, limitez drastiquement vos déplacements

Suite aux propos inconséquents du ministre sur l’incitation des familles et des personnels enseignants à rompre le confinement au motif de « la remise des documents pédagogiques aux familles dépourvues de documents numériques » et sur la continuité pédagogique avec poursuite des apprentissages et progression des élèves, le SNUipp-FSU clarifie la situation et rappelle aux enseignant-es de se protéger, comme de protéger les autres, en limitant leurs déplacements au maximum.

A propos du confinement

● Les consignes gouvernementales demandent expressément de rester confinés et de télé-travailler. Aucun personnel, aucune famille ne peut être sommée de déroger au confinement, sauf absolue nécessité comme les personnels qui assurent dans les écoles l’accueil des enfants de soignants.

● l’administration doit assurer des conditions permettant la protection de la santé des personnels comme des élèves

● Les directeurs et directrices n’ont pas à fournir des attestations de déplacement dérogatoire : celui-ci n’est pas inscrit dans les motifs impérieux. De surcroît cela supposerait une rencontre qui ne correspond pas aux indications sanitaires préconisées.

● Il est indispensable de faire confiance aux équipes : les enseignants sont très engagés dans le maintien d’une activité scolaire et ont pris en compte la difficulté des élèves n’ayant pas d’outils numériques et ont trouvé un mode d’organisation.

A propos des enfants accueillis dans les écoles :

Ils restent ceux du personnel soignant.

Le ministère a élargi l’accueil aux enfants des personnels affectés aux missions d’aide sociale à l’enfance relevant des conseils départementaux (ASE) ainsi que des associations et établissements publics concourant à cette politique.

Les services en charge de la protection de l’enfance concernés sont les services d’aide sociale à l’enfance (ASE) et protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et les services de prévention spécialisée. Les professionnels relevant de ces structures éligibles au dispositif sont les suivants : travailleurs sociaux, techniciens d’intervention sociale et familiale (TISF), médecins, infirmières, puéricultrices, sages-femmes et psychologues.

(FAQ, 23 mars)

Aucune autre profession n’est concernée à ce jour pour l’accueil des enfants.

A propos de la continuité dite “pédagogique”

● Contrairement aux réponses dans la FAQ du ministère, les enfants ne sont pas élèves à la maison, ils ont ponctuellement des activités scolaires en autonomie qui permettent de maintenir un lien avec l’école.

● en aucun cas il ne peut s’agir d’aborder des nouveaux points du programme donc des notions nouvelles.

● Nous avons comme devoir de ne pas creuser les inégalités et de penser prioritairement à ceux et celles qui n’ont pas de matériel, pas de conditions de concentration possibles, pas de possibilité d’être aidés.

● En revanche toutes les situations d’apprentissage à la maison doivent être valorisées : jouer ensemble, cuisiner, lire des livres, regarder des documentaires, et profiter les uns des autres.

Chaque enseignant maintient le lien avec les familles, prend des nouvelles, vérifie que le travail demandé ne crée pas de tensions, que la quantité est bien ajustée, propose des pistes d’activité…

Les enseignants font preuve comme toujours d’une grande responsabilité et d’un grand professionnalisme, qu’on leur fasse confiance !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |