Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITES NATIONALES  / CORONAVIRUS 


fontsizedown
fontsizeup

Nous sommes formidables ! Mais pas à n’importe quel prix...

lundi 23 mars 2020

Le SNUip-FSU17 reste à vos côtés plus que jamais !

Dans un courrier du 18 mars, Mme la Dasen nous remercie pour notre investissement et nous prévient que la liste des enfants à accueillir pourrait s’allonger.

PDF - 299.8 ko
Courrier de remerciement de Mme la dasen

- Au SNUipp-FSU17, nous tenons d’abord à rappeler que les risques ne sont pas aussi minimes qu’elle l’écrit, et que, malheureusement, ces gestes barrière ne sont pas facile à appliquer avec des enfants.

Quelques conseils supplémentaires ?

Un médecin généraliste conseille de porter des vêtements lavables à 60° -en avons-nous ?-, de les enfermer dans un sac lavable avant de quitter l’école pour les laver à la maison, de passer sous la douche avant de voir qui que ce soit, lavage des mains toutes les heures, garder 1 m. entre tous les enfants, nettoyer les poignées de portes et surfaces avec désinfectant 2 fois par demi-journées, ne pas se toucher le visage, de porter si possible un masque et de le laisser dans un carton dehors le soir pendant 8h !

Aussi, si vous avez quelque fragilité que ce soit, ne vous sentez pas obligé.es, chères et chers collègues, de vous porter volontaires !!!

Personne ne vous jugera ni ne vous en tiendra rigueur ! Vous ne devez pas culpabiliser !

- La Rectrice et la Dasen demandent de la souplesse quant aux enfants accueillis dans les écoles. Même si un seul parent est concerné par la gestion de la crise, si la famille demande,on devrait accueillir l’enfant !

Rappelons que les premières règles étaient si et seulement si aucune autre solution et quand les 2 parents sont concernés. Bizarrement, les écoles qui osent renvoyer ces familles vers leurs responsabilités ont obtenu des parents qu’ils trouvent une solution ailleurs. Certaines familles très concernées ont d’ailleurs exprimé leur refus d’adopter cette solution pour leurs enfants, estimant que cet accueil était plus dangereux que bénéfique !

Comment imaginer, alors que les médecins appellent à renforcer le confinement, que l’Education Nationale assouplisse aujourd’hui les conditions de prise en charge des enfants ?

- Concernant la continuité pédagogique ou à la nécessité de maintenir un lien, on voit bien que c’est illusoire :

D’une part, dans les endroits où les enfants sont les plus fragiles ; il semble que rien ne puisse empêcher, hélas, que le fossé socio-culturel s’accentue pendant cette crise.

D’autre part dans les familles qui télétravaillent ou gèrent la crise, le suivi pourrait également s’avérer compliqué.

Si on y ajoute les inégalités territoriales de connexion, on constatera aisément que la communication ministérielle ne repose finalement sur pas grand chose !

Un fois encore, pas la peine de culpabiliser si vous ne maitrisez pas tous les ressorts des nouveautés informatiques... ou si, occupé.es par le volontariat ou par le suivi de vos propres enfants, vous n’êtes pas en mesure d’assurer une continuité au jour le jour !

Alors, si les mots de Mme la Dasen nous réchauffent un peu le cœur, ne nous laissons pas enfermer dans notre conscience professionnelle déjà sur-dimensionnée et pensons aussi à nous, à nos proches, à notre santé physique et mentale.

- De nouvelles consignes sont arrivées pour maintenir un lien avec les familles :

  • appeler toutes les familles deux fois par semaine !!! Avec nos téléphones professionnels bien sur... Chacun est en mesure de juger s’il a besoin ou non d’appeler certaines familles ou pas.
  • les aider à organiser leur vie familiale pour laisser une place à l’école... Ne s’agit-il pas d’ingérence ?

- Quant aux déclarations indignes de notre ministre sur les ondes, l’incohérence des consignes (Sortir pour assurer la continuité pédagogique ou aller chercher les devoirs à l’école / Rester chez soi ), les bras nous en tombent !

Pour ceux qui n’ont pas suivi, Blanquer a dit que les collègues doivent/peuvent se rendre dans les écoles porter des photocopies aux élèves qui ne possèdent pas d’imprimante. Il a même osé préciser que les parents pourront utiliser le motif "déplacements pour motif familial impérieux" dans leur attestation de sortie dérogatoire.

Quand certaines personnes meurent seules dans les hôpitaux pour éviter de propager l’épidémie...

- A cela on ajoute la possibilité exposée par Blanquer de modifier le calendrier scolaire (sommes-nous tous en vacances actuellement ?)

Manifestement, le ministre de l’Éducation Nationale, non content de s’être ridiculisé à plusieurs reprises depuis la fermeture des écoles, décide maintenant de devenir dangereux, pour nous tous et ose dire que nous avons le devoir de nous déplacer dans les écoles "pour ne laisser personne au bord du chemin". Il ne respecte visiblement pas les consignes de SON premier ministre E.Philippe qui nous demande de nous confiner, de rester chez nous pour la santé de tous.

Nous devons agir en toute conscience et s’il le faut désobéir à certains et obéir à d’autres.

Le SNUipp-FSU vous soutiendra, soyez-en sûr.es !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |