Retour accueil

fontsizedown
fontsizeup

CR de l’audience AESH du 22 janvier 2020

vendredi 24 janvier 2020

CR de l’audience AESH

Etaient présent.es pour l’administration :

- Mme Bayou, Directrice Académique de Charente-Maritime

- M. Delaume, adjoint à la Directrice académique

- M. Desport, IEN ASH

- M. Chaprentier, SG de la DSDEN17

- Mme Vandebrouck, Directrice de cabinet

Pour la FSU17 :

- Pascal Gandemer, Secrétaire départemental de la FSU17

- Sylvie Laulan, secrétaire départementale du SNES17

- Nathalie Maillet, secrétaire départementale du SNUipp-FSU17

- Caroline Rolland, AESH déchargée pour le SNUipp-FSU17

- Philippe Lenglet, AESH en collège PIAL, invité à témoigner.

1/ Mme la Dasen invite M. Desport à nous donner quelques informations avant de nous laisser la parole afin d’obtenir déjà quelques réponses.

Situation chiffrée : plus de 9% d’élèves en situation de handicap.

Nous aurons en Charente-Maritime, en fin d’année scolaire, 1200 contrats CDD ou CDI. La disparition des contrats aidés précaires sera effective en avril. Les contrats Pec vont jusqu’à leur terme. 70 contrats PEC se sont vus proposer un contrat CDD.

Les CDD (hors Titre2) continuent d’être gérés par le Lycée Vieljeux et les CDI (Titre2) par la DSDEN.

Contrats :

La signature du contrat en CDD intervient après un entretien professionnel avec le.la Directreur.trice d’école ou le.la chef.fe d’Etablissement.

Le SNUipp-FSU17 intervient pour signifier que cet entretien n’a pas toujours lieu. Des écoles se contentent de remplir le rapport écrit sans pour autant avoir un entretien avec l’AESH… Les personnels ne sont pas informés de cette fin de contrat aidé.

Le SNES-FSU17 appuie cette remarque puisque ce fait est aussi constaté dans le second degré.

M. Desport explique que c’est le rôle de la conseillère à Pôle emploi de donner l’information sur la fin du contrat PEC. Aucune obligation pour la DSDEN de proposer un contrat en CDD.

Le SNUipp-FSU17 rappelle que, même sous contrat privé, ces accompagnant.es ont servi l’Education Nationale et qu’il est normal d’espérer poursuivre leur mission sous un autre contrat. Il est donc inadmissible, de la part de la DSDEN, de ne pas les recevoir pour leur expliquer pourquoi on ne leur propose pas ce CDD. Ce n’est pas un service à leur rendre que de rester évasif quand on a des reproches à faire ou quand on estime que les compétences ne sont pas suffisantes.

Une longue discussion s’engage sur ce sujet…

M. Charpentier fait remarquer qu’on ne peut pas signer un contrat de 3 ans sans prendre des précautions sur leurs capacités à servir.

Nous demandons si le diplôme du DEAES est pris en compte dans le recrutement.

Mme la Dasen répond que ce diplôme peut sans doute mener vers d’autres métiers et qu’il n’est pas suffisant pour la signature d’un CDD en tant qu’AESH.

Formation

· Formation initiale : 70 nouveaux recrutés en contrats CDD recevront la formation de 60h en 2 groupes de 35.

Une seconde session de 70 personnes débutera la formation fin janvier.

Ces 60h seront divisées : 30h de formation en présentiel et 30 h à distance.

· Formation continue : Tous les recrutés avant août 2019 pourront demander une formation. Un mail a été envoyé en ce sens aux chef.fes d’établissements et/ou directeurs.trices.

13 modules de formation leur sont proposés avec 6h de présentiel dont 3h d’échanges de pratiques et 2 uniquement à distance. Ils.elles doivent s’inscrire par la plateforme m@gister mais les places seront limitées.

Le SNUipp-FSU17 intervient pour signifier que tous n’ont peut-être pas eu l’information et demande l’autorisation de communiquer sur cette formation.

2/ Mme la Dasen laisse la parole aux élus. Nous essayons de balayer la plupart de nos questions et revendications mais le temps est compté.

Formation :

- La majorité des AESH du département n’ont eu presque aucune formation depuis leur prise de fonction sauf ces informations sur l’autisme, parfois redondantes.

- Les échanges de pratiques : des ateliers avaient été mis en place sur la lecture du GEVASCO ; l’informatique… Existent-ils encore ? qui peut bénéficier de ces ateliers ? Comment en sont-ils elles informé.es ?

M. Desport répond que ces échanges de pratiques sont intégrés aux modules de formation continue.

- Des questionnaires sur les besoins en formation avaient été proposés. Aucune suite n’a été donnée… A quoi ont-ils servi ?

Ces questionnaires étaient peu remplis et n’ont pas été renouvelés.

- Des formations internes aux Etab. parfois inaccessibles aux AESH… y compris une formation sur le PIAL !!! Pourquoi ?

Il y a encore des difficultés dans certains établissements à comprendre que les AESH font partie de l’équipe. La circulaire sur l’école inclusive est très claire. Il faut que les habitudes changent mais cela prend un peu de temps. La Dafop n’intégre pas encore cette question.

La FSU fait remarquer que les AESH ne sont pas non plus intégré.es aux listes de diffusion.

La FSU17 réclame pour les AESH de la formation sur les handicaps (plus ciblée) de la formation plus pratique sur les outils, les aides possibles… en présence de professionnels (orthophonistes, psychomotriciens, médecins, infirmiers, …) et du temps de partage des pratiques.

M. Desport évoque la création en cours, avec l’Agence Régionale de Santé, des équipes mobiles médico-sociales (prévues dans le texte de juin) regroupant des professionnels de santé divers, pour intervenir en appui des équipes pédagogiques dans les écoles et les établissements. (lien vers l’article en ligne)

Professionnalisation : mal payé.es et méprisé.es…

o Parfois mal reçu.es par l’administration au travers des secrétariats (Ce fut le cas pour les AESH qui n’avaient pas été payés en septembre et qui, en plus, se sont fait mal recevoir au téléphone !!!)

Mme la Dasen entend et fera un rappel à l’ordre.

o Des AESH brimés par le chef d’Établissement depuis la mise en place des 41 semaines, le rappel à l’ordre sur le fractionnement des pauses méridiennes et des missions possibles (pas de cantine).

La Dasen nous demande de faire remonter toutes les difficultés dans quels établissements ou les écoles.

PIALS :

Comme nous vous le signalions en décembre, la mise en place de ces PIALS a perturbé gravement le fonctionnement interne de certains Établissements et mis à mal un équilibre qui semblait avoir été trouvé au bout de plusieurs années notamment dans les relations entre les enseignant.es et les AESH.

· Un temps de mise en place trop long et très aléatoire dû à une impréparation et une expérimentation élargie avant même sa mise en place

· Coordination :

o des responsabilités d’organisation confiées à des personnels non formés avant leur prise de fonction

o Des missions accumulées à d’autres (coordo ULIS + coordo PIAL…) sans temps supplémentaire… la gestion humaine demande beaucoup de temps et de disponibilité…

Un manque de suivi, d’écoute et d’accompagnement

Et les besoins des AESH ?

· Qui les entend et comment sont-ils pris en compte ? Pas facile pour eux de s’adresser à la bonne personne… et trop souvent mal reçu.es !

  • La coordinatrice interne ?
  • La chef d’Etab
  • L’IEN de circonscription
  • L’IEN ASH ?
  • Le coordo de la DSDEN ?
  • Les secrétaires de la DSDEN ?
  • La référente AESH ?

· Des exemples de situations en dehors des clous liées au PIAL :

o Des AESH en charge de l’acc de 5 élèves et parfois plus… (Allons-nous définir un nombre max ?)

o Des élèves accompagnés par 6 AESH différents

o 3 AESH dans le même cours

o Accompagnant modifié au milieu du cours de sciences (1h puis rien ou 1h puis 30 min avec un autre AESH)

Dans le 1er degré, un bilan de l’expérience doit être mené de manière très concrète, avec les enseignants, le coordo et avec les AESH du PIAL.

Réponses de la DSDEN17

- Mme la Dasen veut savoir où cela pose problème. Nous lui répondons.

- Les difficultés énumérées, pour M. Desport, relèvent d’erreurs de coordination.

- Elle demande à M. Desport de mettre en place une évaluation des PIALS dès cette année.

- M. Desport explique qu’un questionnaire avait été envoyé aux AESH, aux enseignants et aux Chef.fes d’établissement. Mais ce questionnaire date d’avant les PIALS… Il faut y retravailler.

- Mme la DASEN explique que la référente AESH a pour mission d’écouter et de répondre aux besoins des AESH sur le terrain. C’est à elle qu’il faut s’adresser en premier lieu.

- Pour écrire à la Dasen, il faut suivre la voie hiérarchique. M. desport n’est que le conseiller technique ASH de la Dasen. Le premier supérieur des AESH est l’Inspecteur.trice de circonscription .

Le temps disponible étant épuisé, le SNUipp-FSU17 laisse sa préparation à la DSDEN afin de compléter cette audience.

Notre préparation appuyée sur les retours des AESH réunis déjà deux fois depuis la rentrée et vos mails au SNUipp-FSU17 :

PDF - 594.9 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |