Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITES NATIONALES 


fontsizedown
fontsizeup

EPLESF : le SNUipp-FSU à nouveau reçu au ministère

mardi 16 avril 2019

Le SNUipp-FSU a, une nouvelle fois, été reçu en bilatérale hier par le cabinet du ministre avec des représentants de la DGESCO sur l’article du projet de loi « pour l’école de la confiance » créant les établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux (EPLESF).

Établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux (EPLESF) : le SNUipp-FSU à nouveau reçu au ministère

Le SNUipp-FSU a, une nouvelle fois, été reçu en bilatérale hier par le cabinet du ministre avec des représentants de la DGESCO sur l’article du projet de loi « pour l’école de la confiance » créant les établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux (EPLESF).

Le ministère souhaitait cerner les contours d’un amendement gouvernemental qui « répondrait aux inquiétudes de nos collègues ». Depuis deux semaines ponctuées par les mobilisations des enseignant-es et des parents, notamment les 30 mars et 4 avril, le discours ministériel a évolué. Il envisage clairement l’accord du conseil d’école et du conseil d’administration pour créer un EPLESF. Mais qu’en serait-il si une partie des écoles donne son accord et pas l’autre, le ministère indiquant qu’il « fera avec les écoles qui sont volontaires » ? L’idée même d’un bassin de collège où coexisteraient deux fonctionnements différents ne semble pas choquer plus que cela. Le ministère envisage également de maintenir l’ensemble des directions d’école avec toutes leurs missions et décharges dans le cadre d’une délégation de pouvoirs du principal adjoint chargé du 1er degré vers les directrices. Dans le cadre de la discussion, il semble vouloir définir les missions du « chef d’établissement adjoint » dans un rôle de coordination d’un projet fédérateur de réseau et de ne pas lui donner de rôle hiérarchique. D’autres questions ne sont pas réglées comme le budget de l’ensemble des écoles qui serait géré au niveau du conseil d’administration (CA) du collège ou la place et les attributions des différentes instances qui peuvent se recouper entre conseil d’école et CA, conseil des maitres et conseil pédagogique… Le ministère découvrant au passage l’absence des conseils de cycle dans le texte.

Le ministre annonce partout sa disponibilité à corriger le texte lors de l’examen parlementaire au Sénat, chambre où le gouvernement n’a pas de majorité et où l’adoption d’un amendement gouvernemental est donc incertaine. Les réajustements envisagés de cette version grand format d’« usine à gaz » que sont les EPLESF sont à confirmer et nous ne sommes pas à l’abri d’amendements qui vont à l’encontre de notre conception du fonctionnement des écoles, comme l’octroi d’un statut hiérarchique aux directrices et directeurs d’école.

Les éventuels réajustements sont à mettre au crédit de la mobilisation croissante dans les écoles et parmi les parents d’élèves et les élu-es. Mais quand bien même le projet de loi serait réécrit en ce sens, la possibilité de création demeurerait, ce qui resterait une ouverture vers une modification structurelle radicale du premier degré. Le modèle de référence du ministère, qu’il dit ne plus vouloir imposer, reste bien une structure scolaire unique rassemblant premier et second degré comme les établissements français à l’étranger ou encore l’école privée posant la question de la réalité même du tissu scolaire puisqu’un regroupement physique supprimerait de fait une partie des écoles.

Pour obliger le ministère à aller encore plus loin et à abandonner ce projet de loi dans son ensemble, la réussite de la grève du 9 mai puis celle de la manifestation nationale du 18 mai sont déterminantes. En attendant nous vous invitons à vous saisir de la carte postale virtuelle au ministre pour dire non à la loi, oui à d’autres priorités pour l’école (effectifs, formation…) et affirmer l’intention de se mobiliser pour cela.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs d’école et PEGC de la Charente-Maritime

1 Avenue du Maréchal Juin, 17 000 La Rochelle.

Sur votre GPS, tapez : allée du Queyras

https://www.google.fr/maps/place/Gr...

Tél : 05 46 42 52 26

Courriel snu17@snuipp.fr

Permanences :

Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9h - 17h 00.

Le mercredi de 10 h à 12 h. attention prendre RV si vous désirez nous rencontrer.

Antenne à Saintes, tel : 06 47 04 52 12. Permanence physique à la maison des Syndicat, 1 rue Louis Sercan le dernier mercredi du mois de 10 h à 12 h.

https://www.google.fr/maps/place/1+...