Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITE 17 


fontsizedown
fontsizeup

Réforme de l’Ecole : ce que veut le SNUipp/FSU

jeudi 14 février 2013

Transformer l’école dans l’intérêt des élèves et des enseignants Oui, mais pas sans nous et pas n’importe comment !!

Depuis des semaines, nous n’avons cessé d’attirer l’attention du Ministre sur les multiples difficultés que pose la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été engagée. A l’épreuve des travaux pratiques, c’est la grande déception et l’irritation. Nous ne revendiquons pas un statu quo ou un retour en arrière... Bien au contraire ! Nous voulons une réforme réussie pour tous les enfants sur tout le territoire. Nous demandons également une réforme qui prenne en compte les conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants.

Le grève du mardi 12 février a permis de lancer un premier avertissement au gouvernement.

Pas sans les enseignants

Les DASEN ou des mairies présentent des projets rigides d’organisation du temps scolaire. Horaires des écoles, durée de la pause méridienne, organisation de la sieste en maternelle, utilisation des locaux scolaires sur le temps péri-éducatif, organisation des activités périscolaires et des activités pédagogiques complémentaires, tout cela ne peut pas être le fruit d’une décision unilatérale écartant les enseignants. Où est l’intérêt de l’enfant pourtant vanté à coup de déclarations fracassantes ? Pas d’obligation d’activités périscolaire pour tous, gratuité facultative, allongement de la pause méridienne sans garantie d’activités calmes et éducatives, ... Alors ? De la garderie, de la cour de récréation, la maison pour les enfants qui bouderont les activités. Où est la prise en considération des conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants ? Des salles de classes réquisitionnées pour les activités du midi, un allongement de l’amplitude de travail à l’école, des animations pédagogiques le mercredi après-midi, … Et la revalorisation des PE demandée par le SNUipp ? Qu’en est-il des programmes, des effectifs, de la formation,... ? Partout où c’est nécessaire, il faut se donner le temps de penser une vraie réforme et de construire les conditions de sa réussite dans les écoles en s’appuyant sur les enseignants. Pas de statu quo ! Nous voulons faire bouger l’école, dans le bon sens et avec les enseignants. Malgré nos différences d’analyses avec d’autres organisations syndicales, nous pensons, au SNUipp 17, que nous devons agir ensemble pour être entendus. C’est l’union qui fera la force pour que ce gouvernement nous écoute et accepte de revoir sa copie.

Le SNUipp/FSU 17 entend aussi protester contre le manque d’ambition de la loi Peillon, appelée, à tort, loi de refondation Car qu’en est-il de :

- La place des enseignants spécialisés des RASED est à peine évoquée et leur rôle est indéfini. Pourtant, ils sont, pour nous, les fers de lance de la lutte contre l’échec scolaire, par leurs actions de prévention et la prise en charge des élèves en grande difficulté.
- La problématique du fonctionnement et de la direction d’école n’est pas évoquée et aucune piste n’est envisagée, ni en matière de temps, ni en matière d’éventuelle aide pérenne
- La reconnaissance d’une formation continue indispensable sur le temps de travail des élèves a disparu,
- La baisse des effectifs par classe, levier incontournable de la réussite des élèves, est ignorée,
- Aucune piste sur les modalités d’évaluation des élèves n’est affirmée, seul un constat d’échec est évoqué, on nous ressert les LPC ! Diantre, quelle refondation !
- Du Livret Personnel de Compétences, qui, même s’il est allégé, est conservé malgré les critiques apportées,
- De l’Aide Personnalisée en dehors du temps de classe qui n’a pas disparu. Elle revient sous la forme "d’activités pédagogiques complémentaires" dont les modalités restent floues,
- Du projet d’école, dont le cadre totalement étriqué, inadapté et obsolète, n’est pas remis en cause,
- De la volonté d’enseignement d’une langue vivante dès le début de la scolarité obligatoire ne repose sur aucun levier en terme d’organisation,
- De l’ambition du numérique à l’école est réaffirmée mais rien n’est défini pour répondre aux besoins des personnels en formation et aux disparités matérielles des écoles,
- De la refonte de l’évaluation des enseignants (qui est actuellement désastreuse et dommageable depuis de nombreuses années) n’est pas abordée,
- de la liaison école-collège n’est accompagnée d’aucun moyen en terme de temps et d’organisation,
- De l’évolution de la carrière des enseignants, leur engagement et leur rémunération sont totalement ignorés.

Si rien ne se fait maintenant, rien ne se fera plus tard ! C’est mentir à la profession que d’affirmer le contraire. Si la loi est votée en l’état, il n’y aura pas de retour en arrière possible !!

Lire aussi

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs d’école et PEGC de la Charente-Maritime

1 Avenue du Maréchal Juin, 17 000 La Rochelle.

Sur votre GPS, tapez : allée du Queyras

https://www.google.fr/maps/place/Gr...

Tél : 05 46 42 52 26

Courriel snu17@snuipp.fr

Permanences :

Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9h - 17h 00.

Le mercredi de 10 h à 12 h. attention prendre RV si vous désirez nous rencontrer.

Antenne à Saintes, tel : 06 47 04 52 12. Permanence physique à la maison des Syndicat, 1 rue Louis Sercan le dernier mercredi du mois de 10 h à 12 h.

https://www.google.fr/maps/place/1+...